Les licenciements dans les entreprises américaines se sont propagés de la technologie aux conglomérats

advertisment

Cet article est paru pour la première fois dans le Morning Brief. Recevez le Morning Brief directement dans votre boîte de réception du lundi au vendredi avant 6 h 30 HE. S’abonner

advertisment

mercredi 25 janvier 2023

La newsletter d’aujourd’hui est de Myles Udland, responsable des actualités chez Yahoo Finance. Suivez-le sur Twitter @MylesUdland et sur LinkedIn. Lisez ceci et d’autres nouvelles du marché où que vous soyez avec le Application Yahoo Finance.

Les licenciements qui ont ébranlé le secteur de la technologie ont été la plus grande histoire économique de 2023.

Et maintenant, il semble que ces licenciements se répandent dans de nouveaux coins des entreprises américaines.

Mardi matin, 3M (MMM) a annoncé qu’elle supprimerait 2 500 emplois dans le secteur manufacturier, alors qu’une croissance plus lente que prévu faisait suite à ce que la société a appelé “une baisse rapide des marchés en contact avec les consommateurs – une dynamique qui s’est accélérée en décembre – ainsi qu’un ralentissement significatif Chine en raison des perturbations liées au COVID.”

La nouvelle de 3M fait suite à une annonce lundi de Newell Brands (NWL) selon laquelle le fabricant de Sharpie réduirait de 13 % son personnel de bureau.

Les marqueurs Sharpie appartenant à Newell Brands sont en vente dans un magasin de Manhattan, New York, États-Unis, le 7 février 2022. REUTERS/Andrew Kelly

Les marqueurs Sharpie appartenant à Newell Brands sont en vente dans un magasin de Manhattan, New York, États-Unis, le 7 février 2022. REUTERS/Andrew Kelly

Avec autant d’histoires liées aux licenciements dans les gros titres, il est devenu de plus en plus difficile pour les investisseurs et le grand public de concilier les données officielles qui montrent que l’embauche reste solide.

Rien que ce mois-ci, les entreprises technologiques ont annoncé plus de 50 000 licenciements, notamment chez Amazon (AMZN), Alphabet (GOOG, GOOGL) et Microsoft (MSFT).

Les nouvelles de cette semaine suggèrent que le confort des dirigeants à annoncer des réductions de personnel continue de croître dans cet environnement.

Pourtant, en décembre, l’économie américaine a ajouté 223 000 emplois. Le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis plus de 40 ans. La semaine dernière, seuls 190 000 travailleurs ont déposé des demandes d’assurance-chômage, le moins en quatre mois.

“L’augmentation des licenciements dans le secteur de la technologie ne semble pas bouleverser le marché du travail au sens large, car ces travailleurs sont facilement absorbés ailleurs”, a écrit Bob Schwartz, économiste principal chez Oxford Economics, dans une note aux clients la semaine dernière.

Et, bien sûr, l’ampleur de ces licenciements compte – selon les données de S&P Capital IQ, 3M emploie 95 000 personnes. Newell, pour sa part, emploie 32 000 personnes, selon S&P Capital IQ.

Les coupes de Newell sont un peu plus profondes que celles de 3M. Notamment, Newell a déclaré que ces réductions seraient destinées aux employés de bureau, et non à la fabrication ou à d’autres parties de l’entreprise.

Ainsi, alors que le PDG de Newell, Ravi Saligram, a déclaré qu’il “aiderait à compenser partiellement l’impact des pressions macro-économiques sur l’entreprise”, l’annonce de la société était lourde sur le langage des consultants – “agile”, “agile” et “optimisé” toutes les apparitions faites .

Il s’agit, de bout en bout, d’une restructuration d’entreprise.

Et quel que soit l’environnement économique, certaines entreprises cherchent toujours à restructurer leurs activités et, par conséquent, à réduire leurs effectifs.

De plus, les coupes non technologiques de cette semaine surviennent à un moment où des poches de l’économie sont toujours aux prises avec du personnel les pénuries.

Comme l’a déclaré mardi le directeur financier de 3M, Monish Patolawala, lors d’un appel avec des analystes, les pénuries de main-d’œuvre pour les infirmières continuent de peser sur le système médical. Pour 3M, cela s’est traduit par un ralentissement de la croissance de son segment des solutions médicales au quatrième trimestre en raison d’une diminution du nombre de procédures électives.

À certains égards, ces pénuries exceptionnelles renforcent probablement la détermination des équipes de direction que le moment est venu de réduire le personnel. Après tout, il reste beaucoup de demande de travailleurs. Juste peut-être pas pour votre rôle exact.

Ainsi, alors que les annonces de licenciements continuent de se dérouler tout au long de la saison des résultats des entreprises au cours des prochaines semaines, une ligne utilisée par le PDG de Coinbase (COIN), Brian Armstrong, pour annoncer les coupes de sa propre entreprise au début du mois continue de se démarquer.

“Au cours des 10 dernières années, nous, ainsi que la plupart des entreprises technologiques, nous sommes trop concentrés sur l’augmentation des effectifs comme mesure du succès”, a écrit Armstrong. “Particulièrement dans cet environnement économique, il est important de nous concentrer sur l’efficacité opérationnelle.”

Les défis auxquels sont confrontées une entreprise comme Coinbase, qui se trouve au centre d’un marché naissant et axé sur les émotions, et 3M ou Newell, qui fabriquent des choses comme des cahiers, de la colle et de la gaze – parmi des milliers d’autres produits sur des centaines de marchés finaux – dans de nombreux les manières ne pourraient pas être plus différentes.

Mais le bassin d’entreprises de ce pays qui sont cotées en bourse et soumises aux pressions de leurs cours boursiers et de leurs actionnaires n’est pas très important.

Et l’ensemble des décisions auxquelles sont confrontées ces équipes de direction en matière d’embauche, de licenciement et d’acquisition se ressemblent souvent plus qu’elles ne sont différentes.

Ainsi, lorsqu’un PDG déclare que le moment est venu de « réorienter notre attention vers l’efficacité opérationnelle », de nombreux autres suivront. La distance parcourue par ce message sera l’une des histoires de l’année.

Que regarder aujourd’hui

Économie

Gains

  • Tesla (TSLA), Laboratoires Abbott (ABT), AT&T (T), Nasdaq (NDAQ), Boeing (BA), Ethan Allen (ETD), Kimberly Clark (KMB), Club de prêt (LC), Levi Strauss (LEVI), Progressive (PGR), Dynamique de l’acier (STLD)

Cliquez ici pour les dernières actualités boursières et une analyse approfondie, y compris les événements qui font bouger les actions

Lisez les dernières actualités financières et commerciales de Yahoo Finance

Téléchargez l’application Yahoo Finance pour Pomme ou alors Android

Suivez Yahoo Finance sur Twitter, Facebook, Instagram, Flipboard, LinkedInet Youtube

advertisment

Leave a Comment